top of page

Cliquez deux fois sur la photo pour l'afficher dans sa dimension originale

 

Tirage numéroté et limité à 30 exemplaires par format

  • 3 Formats : 30 x 40 cm, 60 x 80 cm, 75 x 100 cm
  • Certificat d'authenticté, collé au dos du Dibond
  • Système d'accroche : 1 ou 2 attaches selon le format
  • Imprimé en France

 

LIVRAISON sous 10 jours

Les photographies sur Dibond  sont envoyées avec un numéro de suivi et livrées contre signature, dans un emballage sécurisé.

 

DES QUESTIONS ?

N'hésitez pas à envoyer un message à atelierstephaneropa@gmail.com

La voix du Ventoux

150,00 €Prix
  • - Poésie de Stéphane Ropa -

     

    Dans la nuit, alors que la lune pleine éclairait les reliefs, un loup se mit a hurler. Je m’émerveillai comme pour la première fois de ce trésor. Ne pas voir, mais entendre sous un ciel de constellations l’antre de ce qui, pour le commun des mortels, semble être un mystère.

    Quelle merveille !
    C’était le mâle de la meute arrivée ici il y a un an. Il me sortit de mon demi-sommeil. Je ne dors jamais pleinement. Je n’en ai pas besoin.
    Lorsque chaque jour le soleil se couche, j’entre dans une paix profonde, et j’écoute. Je me laisse traverser comme un moine zen de la poésie du vivant.
    Le jour est une chose, la nuit en est une autre.
    Il y a la vie du jour, et la vie de la nuit.
    Je voyage entre les deux inlassablement. La vie ne s’arrête jamais.
    Je fais partie de ceux qui n’ont pas d’âge. Ma mémoire est intacte. Je me souviens d’ hier et je sais déjà ce que sera demain.
    Je peux parler aux cieux. Et entendre les plus profondes racines de la terre.
    Ma silhouette se dessine depuis si longtemps déjà. Les saisons s’enchaînent à mes pieds comme les minutes d’une journée.
    Et pourtant je ne connais pas le goût d’aimer et d’être aimé.
    Qu’est-ce qu’une étreinte ? ...
    On me dit solitaire, majestueux et mystérieux.
    Seul comme une sentinelle dressée, mes sensations naissent des empreintes de la nature manifeste.
    Il y a d’ailleurs quelque chose qui me titille, mais je n’arrive pas à voir ce que c’est. Un Apollon ; le papillon !
    Il s’envole joliment.
    La beauté est fugace. Elle sait être insaisissable. Et lorsque la lumière s’en mêle, elle est un reflet de la grâce.
    Aujourd’hui est encore un très beau jour.
    J’ai appris qu’il y a de beaux jours et de très beaux jours. Il y a les jours de pluie, et de soleil. Il y a les jours nuageux, et d’arc-en-ciel.
    Aujourd’hui est un jour sans vent, avec un ciel d’un bleu profond ou l’on pourrait voir voler des anges. Il me semble entendre le battement de leurs ailes ...
    Il y a bien des années l’un d’entre eux a laissé sur ma tête l’une de ses plumes. Exactement là ou, en ce moment même, deux marcheurs s’avancent.

    Toutes et tous pensent que je ne les vois pas : mais c’est faux.
    Je les vois comme je vous parle. Et ressens chaque particule vivante de la même façon.
    Il en est de même pour les animaux, les arbres, les fleurs ... Je suis relié à eux comme à chacune et chacun d’entre vous !
    J’ai été créé ainsi. Et nous sommes tissés ainsi. 

    Et dans un silence abyssal, je vous écoute attentivement. Et parfois je rie, et parfois je pleure. Je pleure à tant ressentir le sort que l’homme prodigue à notre nature. Asseyez-vous un instant, et posez-vous cette question : que puis-je faire autour de moi pour faire sourire ce Géant-là ?

bottom of page